réduire l'anxiété

J’y ai gouté

L’anxiété est synonyme de mal être pour moi, j’en ai souffert dès mon jeune âge jusqu’à aujourd’hui, ce n’est pas nouveau, c’est un de mes sujets de prédilection sur Avancer Simplement. Avec les années et tout le travail que j’ai fait pour être mieux, je suis arrivé à mieux vivre et à réduire l’anxiété, je n’en suis pas totalement libre, mais elle ne me contrôlent plus.

Acceptation et amour de soi comme base au changement

C’est un sujet qui me touche énormément, la souffrance que j’ai vécue en lien avec l’anxiété est difficile à quantifier, j’ai souvent eu l’impression que j’allais devenir fou, que j’étais possédé et contrôlée par ce démon, je suis allé jusqu’au bout, jusqu’à l’idée que la seule solution était de mourir pour arrêter de souffrir si intensément.

 
Malgré tout le travail que j’ai fait sur moi tout au long de ma vie, encore aujourd’hui c’est parfois difficile d’accepter cette réalité, l’insécurité, l’anxiété et les peurs sont moins présentes mais elles sont encore là. J’ai quand même un bout de fait, juste de vous le nommer comme ça, en est un signe flagrant.
 
Je m’aime beaucoup plus et je fais beaucoup plus avec cette réalité, et c’est justement ça qui a fait toute la différence, je fais «avec» plutôt que de résister et de partir du sentiment de ne pas être «correct» pour vouloir changer.  
 

L’acceptation et l’amour de soi devraient être à la base de tout changement pour qu’ils soient positifs et durables. – Yannick Delorme

 

L’engagement à soi

Je ne me suis évidemment pas suicidé, j’ai continué à avancer, à me réengager continuellement à m’en sortir. C’est ce qui me permet aujourd’hui de vous partager mon vécu en lien avec l’anxiété, à vous partager des façons simples de réduire l’anxiété et d’être plus heureux, joyeux et libre. Réussir à avancer avec ces souffrances et arriver à se libérer de leurs contrôlent sur notre vie demande beaucoup de travail, de discipline et de persévérance. Mais pour moi, ce qui a eu le plus d’impact, c’est mon engagement profond à être mieux, à toujours avancer.

 
C’est cet engagement qui me garde sur la route, c’est cet engagement que je réaffirme encore et encore quand je frappe un mur et que la souffrance refait surface. Je suis déterminé à ne pas arrêter de travailler à gagner en liberté.
 
Et vous, vous sentez-vous engagé envers votre bien-être? Qu’est-ce que vous êtes prêt à faire pour réduire l’anxiété? Je vous invite à y réfléchir, à prendre conscience d’où vous êtes maintenant et d’où vous partez pour vouloir être mieux. Du sentiment de ne pas être «correct» ou du besoin de vous aimer et de vous accepter? Ça se peut que vous partiez du pas «correct» pour vouloir changer, et c’est bien correct comme ça. L’important ce n’est pas de s’aimer et de s’accepter parfaitement et à tout prix, c’est irréaliste, le but est d’en prendre conscience pour entreprendre le processus d’amour et d’acceptation maintenant, en vous prenant ou vous êtes maintenant, peu importe ou vous êtes maintenant.
 
C’est ce que je vous souhaite de tout cœur.  
 
réflexion pour réduire l'anxiété

Approche holistique

Pour moi, l’approche holistique est une approche qui unifie les dimensions de l’être humain. Soit la dimension corporelle, rationnelle, émotionnelle, spirituelle, relationnelle, etc. L’ANDC (Approche Non Directive Créatrice) que je pratique comme Thérapeute en relation d’aide est une approche holistique, tous les domaines de l’être humain qui vient se faire aidé sont pris en compte dans l’aide et le support à lui apporter. La meilleure définition au terme « holistique » qui raisonne le plus avec ma ligne de pensée est celle du site psychologie.com

 
C’est donc avec l’approche holistique en tête que j’ai décidé de vous partager ces façons simples de réduire l’anxiété.
 
Bonne Lecture!

 

1- Réduire l’anxiété par l’exercice physique

 

Les 11 autres façons simples de réduire l’anxiété suivrons bientôt.

 


 

IMPORTANT!

Notez bien que je ne suis pas psychologue, je ne peux donc pas diagnostiquer ou traiter l’anxiété ou toute autre forme de maladie mentale. Je fais de la relation d’aide par l’ANDC (Approche Non Directive Créatrice) créer par Colette Portelance il y a 30 ans. La relation d’aide par l’ANDC est un soutien offert par un professionnel dans le cadre d’un accompagnement thérapeutique. Basée sur l’application de principes psychologiques, elle vise le mieux-être, le développement de la personne par la prise de conscience et la transformation des affects.

 
Élaborée à la lumière d’approches humanistes reconnues, la relation d’aide par l’ANDC se distingue de la psychothérapie en axant son intervention sur la qualité relationnelle du déroulement thérapeutique immédiat plutôt que sur l’interprétation et le traitement d’une pathologie. Tiré du site de la CITRAC, la Corporation Internationale des Thérapeute en Relation d’Aide du Canada.  
Shares