Une plus grande zone de confort

C’est facile à dire, « sort de ta zone de confort » mais ce n’est pas facile de le faire. Si ce l’était, ça ne s’appellerait pas sortir de sa zone de confort.

Le but d’apprivoiser l’inconfort, c’est de réduire la barrière d’entrée de ma zone d’inconfort. De réduire la résistance et les peurs. Le but c’est d’agrandir sa zone de confort pour avoir une vie riche et satisfaisante. L’être humain a besoin de se réaliser, de dépasser ses limites, de relever des défis.

 

« Sortez de votre zone de confort. Vous ne pouvez croître que si vous êtes disposé à vous sentir maladroit et mal à l’aise lorsque vous essayez quelque chose de nouveau. »
– Brian Tracy

 

J’ai fait une prise de conscience en regardant mes expériences personnelles et mon expérience de thérapeute. C’est bien beau de sortir de sa zone de confort, mais si je ne le fais pas en ayant la bonne attitude et le bon focus, je risque de ne pas en retirer grand-chose.

Tout le monde a une zone de confort. Certains ont une zone de confort immense et elle est quasi inexistante pour d’autres. Mais on a toujours des zones d’inconfort à conquérir.

J’aime aussi ajouter qu’il faut être conscient qu’en plus de la zone de confort et d’inconfort, il y a une zone de danger, un endroit où je risque fortement de perdre des plumes si je ne fais pas attention.

Les trois zones

Zone de confort:

Zone où je me sens bien, confortable, je ne me mets pas au défi, je me ressource, je me repose, je digère les expériences que j’ai eu hors de ma zone de confort. C’est une zone où je suis calme et en sécurité.

Zone d’inconfort:

C’est une zone où je prends un risque léger à moyen, c’est une zone où je me mets au défi, mais où je suis confiant quant aux résultats. J’ai confiance en ma capacité à sortir gagnant même si ça ne tourne pas comme je l’aurais prévu. C’est une zone de croissance. J’agrandis ma zone de confort quand j’explore la zone d’inconfort. C’est la zone où je suis en croissance, où je vis de nouvelles expériences et où j’apprends à me connaitre et me découvrir. C’est une zone où je suis un peu insécure, une zone où je vis une certaine dose de stress.

Zone de danger:

La zone de danger est une zone où les risques sont plus élevés que les bénéfices potentiels, je risque de sortir moins bien que je suis rentré. C’est une zone où j’ai beaucoup plus peur que j’ai confiance en ma capacité à sortir gagnant. C’est une zone où je risque de me blesser et de sortir grandement perdant de la situation. C’est une zone que je dois éviter le plus possible. Pas besoin risquer de se faire du mal. C’est une zone de stress envahissant et difficile à gérer.

Besoin d’Honnêteté

J’ai besoin d’être honnête envers moi-même quant à l’identification de mes zones, car si j’identifie la plupart des zones comme étant des zones de danger, je risque de rester dans ma zone de confort.

J’ai besoin d’alterner entre ma zone de confort à ma zone d’inconfort pour pouvoir croitre, me connaitre d’avantage et me ressourcer.

Si je reste trop dans ma zone de confort, ma vie va manquer de piquant, je risque de ne pas bien me connaitre et ne pas trop savoir ce qui est bon pour moi, ce qui me rend vivant. Je risque de déprimer.

Si je reste trop dans ma zone d’inconfort (ce qui est assez rare), je risque de me sentir stressé, tendu, je risque de manquer d’énergie psychologique pour continuer à me dépasser.

Prise de conscience

J’ai vous ai parlé de l’importance d’avoir la bonne attitude et le bon focus lorsque je sors de ma zone de confort. J’explique.

Lorsqu’on sort de notre zone de confort, certaines personnes ont tendance à se centrer sur les difficultés, la résistance, la peur et les sentiments désagréables qui se dégage de l’expérience en général.

Ils anticipent et résistent avant, se crispent et parfois réussissent à se détendre un peu pendant, et son soulagé après l’expérience.

Suite à l’expérience, ils ont tendance à se centrer sur l’effort qu’ils ont dû faire et sur le fait que ça leur a été difficile.

L’impact lorsque je fais ça est que j’alimente toutes les émotions et les sentiments désagréables en lien avec l’expérience , ce qui monte la barrière et augmente la résistance pour en sortir la prochaine fois.

Changer de perspective

Pour pouvoir profiter de la sortie de la zone de confort pleinement et pour pouvoir baisser la barrière pour en sortir la prochaine fois, j’ai besoin de changer de perspective.

  1. Observer, reconnaitre et acceullir la résistance. (avant)

C’est normal que je sente des peurs, de l’inconfort et de la résistance lorsque je sors de ma zone de confort, j’ai besoin d’accepter que ça fait partie de l’expérience et que je suis capable de faire avec l’inconfort. On a tendance soit à dramatiser et à se faire des scénarios catastrophe ou à banaliser et s’imaginer que tout va bien aller. Les deux ne sont pas ancrés dans la réalité. Je reste avec ce que je vis, je l’observe, je l’accueille pour pouvoir faire avec cette réalité.

  1. Laisser aller la résistance pour s’ouvrir à l’expérience. (pendant)

Je laisse aller la résistance et je passe à l’action. Je choisis de vivre l’expérience parce que c’est ce que je veux et que c’est bon pour moi, je le fais pour avoir une vie satisfaisante. J’essaie le plus possible de rester dans le moment présent et de vivre l’expérience pleinement. Je suis capable, et même si je n’y arrive pas, je vais survivre et m’en remettre. Je suis capable. Ici, j’ai besoin d’être dans l’action, de m’abandonner et d’abandonner mes attentes face à l’expérience.

  1. Faire un retour sur l’expérience globale avec objectivité. Comment ça s’est passé? (après)

Bon, c’est fait, je suis sortie de ma zone de confort, j’ai senti l’inconfort et la résistance, j’ai laissé aller et j’ai vécu l’expérience. Ici, je me centre sur l’expérience globale et le sentiment que j’ai après que tout soit fait. Le soulagement, oui, mais la fierté aussi. J’ai aussi besoin de me reconnaitre pour l’effort que j’ai fait. Le dépassement. Est-ce que je suis capable d’être fier de l’effort et du dépassement que je viens d’accomplir, peu importe le résultat final? C’est important de l’être. C’est important de valoriser l’effort et de s’asseoir dans le sentiment de confiance, de fierté et d’accomplissement face à ce dépassement.

Lorsque je me centre à reconnaitre mes efforts, à vivre la satisfaction d’être sortie de ma zone de confort et sur le fait que j’en sors gagnant, je baisse la barrière pour sortir de ma zone de confort et j’augmente ma confiance en ma capacité de refaire l’expérience.

Conclusion – Zone de Confort, Zone d’Inconfort

Ce que j’ai le plus besoin de retenir et ce que j’aimerais que vous reteniez est:

  • La zone de confort est là pour me permettre de me ressourcer et pour digérer les expériences qui sont hors de ma zone de confort.
  • La zone d’inconfort est ma zone de croissance et d’exploration, c’est là que je vis de nouvelles expériences, que je grandis et que j’apprends à me connaitre.
  • La zone de danger est une zone où les risques sont plus élevés que les bénéfices potentiels, je risque d’en sortir moins bien que je suis rentré. Zone à éviter.
  • J’ai besoin d’être honnête avec moi-même quant à l’identification de mes zones.
  • Trop de confort, je m’emmerde et je déprime.
  • Trop d’inconfort et je m’use avec le stress, je manque d’énergie et de motivation à continuer.
  • Éviter de s’imaginer des scénarios catastrophes. Dramatiser.
  • Éviter de s’imaginer que tout va être facile et parfait. Idéaliser.
  • J’ai besoin de changer de perspective pour profiter de mes sorties hors de ma zone de confort.
  • J’ai besoin d’accueillir les peurs, la résistance et l’inconfort, c’est normal et j’ai la capacité de négocier avec ces sentiments. (Avant de vivre l’expérience)
  • J’ai besoin de choisir de faire l’expérience, c’est ce que je veux, c’est bon pour moi. J’ai besoin de laisser aller l’inconfort et passer à l’action, vivre l’expérience, abandonner mes attentes envers moi-même et comment l’expérience devrait se dérouler. (Pendant l’expérience)
  • J’ai besoin de me reconnaitre et être fier de moi, fier de mes efforts et mon dépassement. J’ai besoin de vivre et de me centrer sur l’appréciation de l’expérience gagnante et des efforts que j’y ai mis. (Après l’expérience)

Je vous souhaite des visites régulières hors de votre zone de confort, je vous souhaite de choisir d’avancer et d’être fier de le faire. Je vous souhaite aussi de bien profiter de la satisfaction de vous être choisis et d’avoir fait les efforts pour avoir une vis plus satisfaisante. Bravo!

N'hésitez pas si vous avez des commentaires, des questions ou des suggestions d'articles que vous ameriez lire, il me fera plaisir de vous répondre.

Au plaisir,

 

Yannick Delorme TRA,
Thérapeute en relation d'aide