Citations sur l'amour, les citation m'aide à comprendre et à assimilé ce qu'est l'amour, un sujet difficile d'approche.

15 Citations célèbres sur l’amour de Scott Peck

 

L’amour de soi, et des autres – La définition

 

« La nature mystérieuse de l’amour provient du fait que personne n’est jamais parvenu, à ma connaissance, à le définir de façon vraiment satisfaisante. […] J’ai toutefois l’audace de donner une seule définition, tout en sachant par ailleurs qu’elle peut être inadéquate : l’amour, c’est la volonté de se dépasser dans le but de nourrir sa propre évolution spirituelle ou celle de quelqu’un d’autre. »

-Scott Peck

 

J’aime beaucoup la définition de l’amour de Scott Peck, elle inclue des mots puissants tels que: volonté, dépassée, nourrir, évolution, spirituelle. C’est drôle, parce que même en sortant les mot-clés de la citation, on peut en saisir le sens global. Cette définition s’applique tout aussi bien à soi qu’aux autres, à la famille, aux amis, à la personne qui partage notre vie. La volonté de se dépasser pour grandir, accepter de souffrir pour grandir.

Je crois que c’est le but de la vie, ça résonne avec ma définition de l’évolution spirituelle, qui est d’apprendre à s’aimer assez pour être en mesure de me donner la liberté d’être qui je suis, pleinement, un peu à la fois, un jour à la fois. C’est aussi aimer assez les autres pour leur laisser la liberté d’être eux-mêmes. C’est m’accepter et accepter les autres comme des êtres humains entiers, incarnés, avec tout ce qu’un être humain comporte de beau et de moins beau. Tout ça dans le respect de moi-même et de mes limites.

 

« Quand nous évitons la souffrance légitime qui résulte de traiter les problèmes, nous évitons aussi la croissance que les problèmes exigent de nous. »

-Scott Peck

 

Aimer demande du courage, c’est dire oui, des fois non, c’est mettre nos limites, respecter celle de l’autre, c’est s’exprimer, se faire entendre, se faire respecter. C’est aussi laisser la même place à l’autre. On doit apprendre à aimer et à s’aimer, et c’est dans l’expérience de la relation à soi et à l’autre que cet apprentissage se fait. Ça demande beaucoup d’humilité, d’honnêteté, de revenir à soi, d’admettre nos torts, de s’excuser, ça demande de dire les choses difficiles, d’accepter les conflits comme un moyen sain d’affirmation et d’expression des limites à posées et / ou dépassées.

 

L’amour, ce n’est pas tout simplement donner : c’est donner avec discernement, mais aussi parfois ne pas donner; c’est encourager judicieusement, mais aussi critiquer. C’est argumenter, se battre, exiger, pousser, et retenir, en plus de réconforter. […] Cela implique un esprit de discernement qui demande plus que de l’instinct : de prendre des décisions parfois douloureuses, en tout cas toujours attentionnées et réfléchies.

La volonté est un désir d’une intensité suffisante pour être transformé en action. C’est la différence qui existe entre : « J’aimerais bien aller à la piscine ce soir » et « je vais aller à la piscine ce soir ». […] L’amour, c’est ce qu’on fait. L’amour est un acte de volonté, c’est-à-dire désir et action, conjointement. Et la volonté implique aussi un choix. On n’est pas obligé d’aimer, on le décide. Si nous n’aimons pas quelqu’un, c’est parce que nous n’avons pas choisi de l’aimer, malgré nos bonnes intentions.

– Scott Peck

 

L’amour amoureux

L'amour amoureux demande beaucoup d'efforts et de courage pour que les deux personnes concernés puisse grandir ensemble

Pour la première fois de ma vie, je vis une relation amoureuse saine. Pas parfaite, oh non! Saine. J’ai de la place pour être qui je suis, pleinement et entièrement, et ma conjointe a la même place. On se donne le droit de vivre ce que l’on vit. On se parle quand ça ne va pas, on dit les vraies choses. Fuir la souffrance en relation est une catastrophe, parce que les non-dits et les difficultés pas abordés créent l’éloignement. Mais à l’inverse, une bonne discussion, même très animée, où les deux ont la place pour exister avec ce qu’ils vivent crée inévitablement un rapprochement.

L’authenticité a une grande place dans la réussite de la vie amoureuse. Les masques, les games, les mensonges et les non-dits finissent par miner la relation. Une des formatrices du Centre de Relation d’Aide de Montréal nous avait fait une belle image de ce qu’est la relation. Une relation c’est un pont entre deux personnes. Imaginez-vous deux iles avec un pont entre les deux. Eh bien les non-dits dans la relation sont des branches sur le pont, on peut vivre avec quelques branches, mais si on n’en s’occupe pas, ça fini par créer l’éloignement, la relation n’est plus satisfaisante.

C’est difficile d’être vrai, c’est difficile de dire qu’une chose m’a déplu, c’est difficile de dire qu’on a besoin de faire des changements, c’est difficile d’être authentique parce que ça veut dire qu’on va déclencher la personne qu’on aime et qu’on va certainement avoir une réaction de l’autre en retour. C’est ça accepter de souffrir, c’est ça se dépasser dans le but de nourrir sa propre évolution spirituelle ou celle de l’autre.

 

Quand nous évitons la souffrance légitime qui résulte de traiter les problèmes, nous évitons aussi la croissance que les problèmes exigent de nous.

Un véritable amoureux non seulement respecte l’individualité de l’autre, mais il la cultive, même au risque de la séparation ou de la perte. Le but ultime de la vie reste la croissance spirituelle de l’individu.

En raison de l’endoctrinement culturel, beaucoup de gens pensent qu’aimer, c’est faire, ils ont l’impression qu’ils doivent accomplir quelque chose simplement pour répondre à leurs attentes ou à celles des autres. Le paradoxe est que, bien des fois, ne rien faire — être qui on est, au lieu de prêter constamment attention à ce l’on fait — est l’approche la plus riche en amour.

Des conjoints aimants doivent constamment se confronter à l’autre s’ils veulent que leur relation conjugale promeuve la croissance spirituelle des partenaires. Aucun mariage ne peut être jugé véritablement réussi si le mari et la femme ne sont pas chacun le meilleur critique de l’autre.

L’amour est un choix délibéré. Deux personnes ne s’aiment vraiment que lorsqu’elles sont capables de vivre l’une sans l’autre, mais choisissent de vivre ensemble.

Toujours, l’amour exige du courage et comporte des risques.

Le mariage est vraiment une institution de coopération, demandant attention et contribution mutuelle et réciproque, du temps et de l’énergie – mais existant dans le seul but d’encourager chacun des participants dans son voyage individuel vers les sommets de son évolution spirituelle.

Le but global de la communication humaine est – ou devrait être – la réconciliation. Elle devrait servir à réduire ou supprimer les murs d’incompréhension qui nous séparent indûment, nous, êtres humains, des autres.

– Scott Peck

 

L’amour de soi

L'amour de soi est primordiale dans notre capacité à aimer sainement en relation

 

Le sentiment d’avoir de la valeur est absolument essentiel pour la santé mentale et c’est le fondement de l’autodiscipline. C’est un produit direct de l’amour parental. Cette certitude doit être acquise pendant l’enfance ; elle est très difficile à acquérir à l’âge adulte. En revanche, lorsque les enfants ont appris, à travers l’amour de leurs parents, qu’ils ont de la valeur, il est pratiquement impossible que les vicissitudes de l’âge adulte détruisent leur force morale

 

J’ai eu beaucoup d’amour de mes parents dans mon enfance, malheureusement je n’étais pas capable de la recevoir pleinement dû à des événements traumatiques qui m’ont profondément blessé, j’ai intégré que je n’étais pas correct et pas aimable et que je devais tout faire pour le devenir. Comme le dit bien Scott Peck dans la citation plus haut, le sentiment d’avoir de la valeur est très difficile à acquérir à l’âge adulte. J’en sais quelque chose. C’est un travail long (jamais fini) et difficile, oui, mais les fruits de ce travail son inestimable.

C’est difficile d’entreprendre une démarche d’amour de soi parce que pour s’aimer, il faut être aimé, et pour se laisser aimer, il faut s’aimer. C’est aussi là qu’est le défi, parce que les gens qui ne s’aiment pas ont une grande difficulté à se laisser aimer.

Alors je dois faire les premiers pas, m’aimer un peu, me choisir aujourd’hui, cette action ouvrira la porte à l’amour extérieur, ce qui m’aidera par la suite à m’aimer un peu plus.

C’est difficile à décrire comment on se sent lorsqu’on commence à s’aimer, à s’accepter et à se respecter, c’est spécial parce qu’on pose des actions qu’on n’aurait pas posées avant, c’est ce que j’ai vécu et c’est aussi ce que j’observe en tant que Thérapeute en relation d’aide dans mon bureau.

J’ai commencé à observer les changements dans ma spontanéité, dans la facilité que j’avais à m’affirmer, je me surprenais à dire non, à mettre des limites, à rectifier quand j’avais été mal compris. J’étais aussi beaucoup plus spontané à dire ce que j’aime, même si je pouvais avoir peur de la réaction des autres, j’avais beaucoup plus de facilité à me montrer vulnérable en relation, à aimer et à l’exprimer. J’ai aussi senti un besoin intense de prendre soin de moi, de me discipliner envers ma santé, en me nourrissant rationnellement avec des cours, une formation, des lectures, en avançant vers mes buts, mes objectifs, en donnant de l’importance à ce qui est important pour moi.

 

… Lorsqu’on s’estime, on prend soin de soi de toutes les façons possibles. L’autodiscipline, c’est de l’auto-affection.

Jusqu’à ce que vous vous appréciiez vous-même, vous n’estimerez pas assez la valeur de votre temps. Et jusqu’à ce que vous appréciiez votre temps, vous n’en ferez rien…

-Scott Peck

 

15 Citations célèbres sur l’amour – la conclusion

Ce qui ressort de ces citations, de mon vécu et de mes expériences c’est que l’amour de soi et des autres, que l’amour sous toutes ces formes n’est pas gratuit, qu’il demande des efforts, de la discipline, de la volonté, du courage, des dépassements et bien plus encore.

Avez-vous lu « Le chemin le moins fréquenté, apprendre à vivre avec la vie » de Scott Peck? Je vous le recommande fortement, ce livre a eu un impact remarquable sur moi.

J’en parle dans mon article « deux vérités sur la vie » pour moi la notion d’effort a longtemps eu une signification négative, je suis heureux d’avoir transformé cet affect qui m’empêchait d’avancer, je croyais que j’étais paresseux. Le twist que j’ai accompli dans mon rapport à l’effort, à la responsabilité, à la discipline et aux dépassements m’a permis transformer ma vie et le livre de Scott Peck a une grande part dans cet accomplissement.

Bonne route et bonne lecture!