Accepter et avancer vers la résilience

 

Pour faire avec, j’ai besoin d’abord d’accepter.

Certaines situations sont incontrôlables, mais nous pouvons toujours décider comment nous réagissons à ces situations. 

 

Le malheur n’est jamais pur, pas plus que le bonheur. 

Un mot permet d’organiser une autre manière de comprendre le mystère de ceux qui s’en sont sortis:

La résilience, qui désigne la capacité à réussir, à vivre, à se développer en dépit de l’adversité.

– Boris Cyrulnik

 

J’aime cette citation de Boris Cyrulnik.

Elle me parle d’acceptation, d’adaptation, de flexibilité, d’ouverture à la réalité tel qu’elle est maintenant. Pas comme ont voudrait qu’elle soit.

J’aime ça parce cette citation me ramène à mon pouvoir. Faire avec.

Ouverture à une situation difficile.

 

  • Acceptation de la réalité de cette situation difficile.

     

  • Adaptation face à la réalité de cette situation difficile.

     

  • C’est dans l’adaptation que j’ai du pouvoir.

 

Il faut aussi se rappeler que lorsque je ne peux agir, je peux lâcher prise.

Le lâcher-prise est l’adaptation à une situation sur laquelle je n’ai pas de pouvoir, en fait, le lâcher-prise est le seul pouvoir que j’ai à ce moment.

 

La Résignation

 

On mélange souvent acceptation et résignation. Dans la résignation il n’y a pas d’ouverture, d’acceptation et d’adaptation.

La résignation c’est subir et endurer. C’est être passif tout en résistant à la réalité.

Le piège, c’est de vouloir accepter à tout prix.

Des fois, je ne suis pas capable de m’ouvrir et d’accepter la situation difficile. Je ne peux m’adapter.

En fait oui, je peux. Je peux m’ouvrir et accepter au fait que pour le moment, je n’accepte pas.

Je retrouve alors une certaine liberté.

C’est ce que je vous souhaite pour cette période des fêtes à saveur de pandémie.

De l’ouverture, de l’acceptation et de l’adaptation à cette réalité difficile pour que vous puissiez en tirer le meilleur possible.

Bonne journée, joyeuses fêtes.