J’ai peur

 

J’ai peur

J’ai peur, oui, depuis mon enfance je suis habité par la peur,  les efforts que j’ai mis pour m’en débarrasser ont été vains. Je suis toujours mort de peur à propos de plein de choses et ça me pèse énormément.

Je suis plus que tanné de vivre dans la peur, même si j’ai beaucoup évolué sur ce point, je ne suis pas content de ma vie, je pousse et me bat contre la peur depuis trop longtemps. J’ai toujours l’impression de me battre et je suis fatigué. Je me trouve ridicule dans mes peurs, je me juge, je me condamne, je me déteste.

J’ai peur bordel, ça me pogne, ça me tue…

J’ai peur d’avoir l’air fou, d’être ridiculisé, humilié et d’avoir honte, j’ai peur en public, j’ai peur d’oser, d’être moi-même et de faire des gaffes. J’ai peur d’être trop idéaliste, irréaliste, j’ai peur des belles femmes, j’ai peur de l’inconnu, de dire ce que je pense, de me tromper, j’ai peur de blessé des gens, d’être pauvre,  j’ai peur de conduire en ville, d’échouer dans tout ce que j’entreprends, j’ai peur d’avoir peur, j’ai peur bordel.

Je suis bien chez moi, dans ma caverne comme je le dis souvent, je suis en sécurité, je me cache. Plus je recule dans ma caverne, plus je me sens petit, vulnérable, fragile, minable, froussard.

C’est dans mes tripes que j’ai peur, dans ma tête je sais que ce n’est qu’un sentiment, en réalité je suis courageux, je le sais, j’ai affronté des choses que le commun des mortels affronte rarement et j’en suis sorti grandi. J’ai eu le courage de faire deux thérapies pour aller au fond de moi-même, au fond de ma vie d’enfance. Ces peurs ne m’appartiennent plus, ce sont des peurs que je traine depuis trop longtemps, des vestiges de mon enfance, de mon passé. Maintenant je suis un adulte, je suis fort, je me connais, et je sais que rien ne peut m’arrêter à part moi-même.

Encore aujourd’hui, mon écœurement face à mes peurs est un début de courage. Je suis en train de travailler à aller mieux. Il y a une force en moi qui me pousse à vouloir être bien et peu importe ce que ça va prendre comme effort, je vais y arriver!

 

« Le véritable courage consiste à être courageux précisément quand on ne l’est pas. »

– Jules Renard

 

Le règne de la peur dans ma vie tire à sa fin. So what si mes pires peurs se réalisent. Le courage, c’est de passer à l’action malgré la peur, malgré le danger. Mais quel réel danger ai-je à faire face? Aucun!  Que je sois ridicule ou non ne change rien à ce que je suis, la pire chose qu’une belle femme peut me faire c’est de me rejeter, pis après. L’inconnu ne le sera qu’une seule fois! La meilleure arme contre l’inconnu est la connaissance, et la mère de la connaissance est l’expérience. Plus j’expérimente, plus j’en connais, moins il y a d’inconnu, moins il y a de peurs.

C’est de commencer qui est difficile, ça fait tellement longtemps que ces schèmes de peurs sont encrés en moi que c’est presque une deuxième nature. Toutes mes retraites dans ma caverne, tous mes drapeaux blancs faces à mes peurs ont un prix, et maintenant, je dois payer ce prix pour être libre.
Vous avez aimé cet article? Vos commentaires sont les bienvenues.

Shares