Le perfectionnisme ne vous fait pas sentir parfait, le perfectionnisme vous fait vous sentir inadéquat

Le perfectionnisme

Accepter d’agir, oser me montrer tel que je suis et me donner le droit à l’erreur a toujours été difficile, je voulais être parfait. Je voulais être mince et musclé avant d’aller m’inscrire au GYM, être bon en patin avant d’aller à l’aréna, bien écrire pour pouvoir publier des articles, etc.

Je n’avais jamais le sentiment d’être à la hauteur, j’augmentais mes exigences envers moi-même pour le devenir, mais tout ce que ça faisait c’est d’alimenter mon infériorité.

Qu’est-ce que le perfectionnisme?

Le perfectionnisme est une défensive du sentiment d’infériorité, du sentiment de ne pas être à la hauteur ou de la peur de ne pas être à la hauteur.

Je ne me sens pas à la hauteur, je m’impose donc des exigences démesurées pour l’être.

Le problème, c’est que plus je suis exigeant avec moi, moins je risque d’atteindre mes exigences démesurées, ce qui me confirme le fait que je ne suis pas à la hauteur.

 

« Le perfectionnisme ne vous fait pas sentir parfait, le perfectionnisme vous fait vous sentir inadéquat »

– Maria Shriver

 

Le perfectionnisme et la dévalorisation

Si on ajoute à ça une autre défensive que je vois régulièrement dans mon bureau de thérapie et que j’ai moi-même longtemps utilisée, la dévalorisation par le jugement et la critique sévère de soi, tout ça se transforme en un fonctionnement automatique et autonome extrêmement souffrant et insatisfaisant.

 

Moins je me sens à la hauteur, plus je suis exigeant envers moi-même.

Plus je suis exigeant envers moi-même et moins j’ai de chance de réussir selon mes standards.

Moins je réussis, plus je me dévalorise par les jugements et la critique.

Plus je me dévalorise et moins je me sens à la hauteur.

 

Le perfectionnisme, comment s'en libérer, en commençant par revenir à soi

 

Comment se sortir de ce fonctionnement?

La première chose à faire est de revenir à soi. Je me suis rendu compte que je projetais mon manque d’amour, mon infériorité et mon sentiment de ne pas être à la hauteur sur mon entourage et même sur la société.

Je devais être parfait pour être aimé et accepter, je devais performer pour avoir de la valeur.

En réalité, c’est moi qui ne me sentais pas à la hauteur, c’est moi qui ne m’acceptais pas, qui me rejetais, me critiquais et me jugeais lorsque je n’étais pas à la hauteur de mes standards démesurés. Pas les autres, pas mon entourage, pas la société. Moi.

En récupérant ma projection, j’ai fait le premier pas pour récupérer mon pouvoir. Tant que c’est l’extérieur qui est responsable de comment je me sens, je ne peux rien changer.

Qu’est-ce qui est important pour moi?

J’ai pu ajuster mes valeurs vers ce qui est réellement important pour moi. J’avais besoin de lâcher prise sur les résultats et de revenir mes valeurs les plus importantes.

J’ai lâché prise sur ce que les autres pensent de moi et je suis revenu à ce que je pense de moi. En sortant de mes exigences démesurées, j’ai pu voir comme je suis un homme qui fait des efforts, qui se discipline, qui est engagé, qui est dévoué à lui et aux autres.

J’ai travaillé la relation à moi, la façon dont je me parle, la façon dont je me traite, mon attitude envers moi.

 

 

Le perfectionnisme, j'ai besoin de m'aimer et de m'accepter pleinement pour m'en libérer

 

Accueil – Acceptation – Amour – Bienveillance

Derrière le fonctionnement de perfectionnisme se c