réduire l’anxiété

Pour mon bien être ou pour être différent?

J’ai fait de l’exercice sporadiquement pratiquement toute ma vie, j’en fais sur une base plus régulière depuis 4 ans.

Ce que j’ai changé depuis les 4 dernières années c’est de l’endroit d’où je pars pour faire de l’exercice, mon attitude. Avant, je m’entraînais pour changer, j’ai toujours été en surpoids et je ne me suis jamais aimé, au contraire, je me rejetais énergiquement et je tentais par tous les moyens de changer cette réalité que je n’acceptais pas.

Ce que je n’ai jamais réussi à accomplir avant d’avoir pleinement accepté ma situation et d’avoir commencé à prendre soin de moi pour être mieux, plutôt que de vouloir changer ce que je jugeais de « pas correct ». Ce fut un changement majeur pour moi. Non seulement je ne me faisais plus violence à me pousser pour les mauvaises raisons, mais au contraire, je prenais soin de moi, je me donnais de l’importance, je m’écoutais et je me respectais.

C’est aussi là que j’ai commencé à gouter au réel plaisir de l’entrainement et d’en retirer les différents bénéfices physiques et psychologiques. Ce changement d’attitude m’a permis de perdre 85 lb (39 kilos), de gagner en amour de moi, d’améliorer grandement mon estime personnelle et ma confiance en moi. Je peux aussi me reconnaître dans mes efforts de discipline et de persévérances.

Je vous souhaite de vous faire du bien, de vous prendre là où vous êtes et de goûter au plaisir de l’exercice pour le bien physique et psychologique qu’il vous fait maintenant. C’est prouvé, l’exercice physique aide à réduire l’anxiété, j’ai mis quelques liens informatifs au bas de l’article, je vous invite à faire vos propres recherches et d’en tirer vos conclusions, mais surtout, je vous invite à l’expérimenter, il n’y a rien comme de le vivre soi-même.  

réduire l’anxiété

Mon expérience pour réduire l’anxiété

Créer du mouvement

L’anxiété me fige psychologiquement et physiquement, je suis moins actif dans une période où je vis de l’anxiété. L’un des premiers effets positifs de l’exercice est donc de mettre du mouvement dans ma vie. Quand on vit de l’anxiété, on est centré sur soi, fixé sur le déclencheur. Le mouvement dans le corps m’aide à retrouver ma vue d’ensemble et reprendre le cap.

Habiter mon corps

Quand on est anxieux, on se crispe, on respire superficiellement du haut du corps. C’est un réflexe naturel pour ne pas ressentir le malaise. Malheureusement, ça a l’effet inverse, on résiste, on fige on et se sent plus mal. L’exercice m’aide à habiter davantage mon corps en m’obligeant à passer d’une respiration superficielle à une respiration plus profonde. Je me rends souvent compte comme je me sens bien après un entrainement, comme je me sens « un tout ». L’exercice m’aide à harmoniser mon corps avec les autres dimensions de l’être humain que je suis.

Se choisir et se donner de l’importance

Faire de l’exercice de façon régulière est une façon répétée de se choisir et de se donner de l’importance, c’est un geste d’amour de soi. D’où l’importance de le faire pour les bonnes raisons. Comme je l’ai nommé dans mon intro, si je fais de l’exercice parce que je ne m’aime pas et que je veux changer, je risque fortement d’échouer, que cet échec me tire vers le bas en me confirmant que je ne suis pas correct.

Si je le fais par amour pour moi, pour prendre soins de mon corps et de ma santé mentale, je fais un pas vers pour moi, je suis sur d’être gagnant, je nourris alors mon estime et ma confiance en moi. J’éprouve un sentiment de fierté grisant quand je viens de finir un bon entrainement, quand je me dépasse et quand je me choisis.

Hygiène de vie

L’exercice est aussi une discipline saine qui est devenue avec le temps un des piliers de mon hygiène de vie. Les piliers de mon hygiène de vie sont les actions minimales que j’ai à faire pour être bien dans ma tête, mon corps et mon coeur. Souvent, sans m’en rendre compte, je mets quelques-uns de mes piliers de côté. Quand je ne vais pas bien, je n’ai qu’à revenir à mes piliers pour m’assurer de reprendre la voie du bien être. Connaissez-vous les piliers de votre hygiène de vie?

Chimie du cerveau

L’exercice régulier a un impact sur la chimie du cerveau en favorisant la production d’endorphines, de dopamine et de sérotonine, communément appelée hormones du bonheur. Plus l’entrainement est régulier, plus la production des hormones du bonheur sera grande. L’entrainement a aussi un impact sur le cerveau en réduisant le niveau de l’hormone du stress, le cortisol.   réduire l’anxiété

Quels exercices?

L’exercice en tant que tel importe peu, ça peut aller de la marche rapide jusqu’au culturisme, l’important c’est la régularité et qu’il soit d’une certaine intensité. Libre à vous de choisir ce qui vous convient, l’étendue des choix est quasi illimité.

Les pièges

C’est bien évident qu’il y a des pièges quand on commence à s’entrainer, on a tendance à vouloir trop au début, à avoir des buts et des attentes irréalistes, de partir fort et puis d’abandonner après quelques semaines quand la motivation baisse. Ça revient à ce dont je parlais dans mon introduction sur « 12 façons simples de réduire l’anxiété »:  

 

L’acceptation et l’amour de soi devraient être à la base de tout changement pour qu’ils soient positifs et durables. – Yannick Delorme – Avancer Simplement

 

Ce qui fait que je réussis à mettre la pratique de l’exercice régulier dans ma vie et qu’il m’aide à réduire l’anxiété, c’est que je le fais pour les bonnes raisons. J’ai besoin de bouger, ça m’apporte un bien être physique et psychologique, je suis fier d’avoir la discipline de faire tous ces dépassements, mon corps change pour le mieux, je suis plus en santé, je suis mieux dans ma peau, j’ai une meilleure image de moi, une meilleure estime et confiance en moi, etc.

J’ai besoin de faire de l’exercice, c’est bon pour moi, et je me donne ça. Dans mon engagement à être bien dans tous les domaines de ma vie, l’exercice régulier a un grand impact sur les résultats que j’obtiens.

Réduire l’anxiété par l’exercice physique – conclusion

L’exercice régulier est efficace pour réduire les symptômes de l’anxiété (entre autres…) ainsi que pour aider à négocier avec ces mêmes symptômes lorsqu’ils persistent, de nombreuses recherches l’ont prouvé. La question n’est pas à savoir si ça fonctionne, la question est de savoir si vous êtes prêt à tenter l’expérience pour aller mieux.

Je dis ça avec le coeur plein d’empathie et sans aucun jugement. C’est difficile de se choisir, c’est difficile de changer notre façon de vivre. Ça m’a pris des années pour établir la discipline de l’entrainement dans ma vie. Est-ce que vous êtes prêt à tenter l’expérience?

Merci de votre implication sur avancer simplement, j’aime beaucoup échanger avec vous, au plaisir! Pour d’autres façon de réduire l’anxiété, lire  « Réduire l’anxiété, 12 façons simples d’y arriver » qui est aussi l’intro de l’article que vous venez de lire.  


 EFFETS DE L’EXERCICE PHYSIQUE SUR LES COMPORTEMENTS

Une étude longitudinale portant sur 19 288 personnes âgées de 10 à plus de 60 ans, suivis par questionnaire de 1991 à 2002, montre que ceux qui pratiquent régulièrement des activités physiques avec une certaine intensité sont moins anxieux, moins névrosés, plus extravertis que les non-sportifs.

De Moor M.H., Beem A.L., Stubbe J.H., Boomsma D.I., De Geus E.J. (2006). Regular exercise, anxiety, depression and personality: a population based study. Prev. Med., 42 : 273-279. Liens relatifs au sujet. Kino-Québec Ordre des Psychologues du Québec Dr Murray Dr Mercola Pinceton University

Shares