difficulté à accepter, s'arracher les cheveux de sur la tête

 

Difficile que ça soit Difficile

La difficulté à accepter est une difficulté en tant que telle.

Je souffre d’une réalité – Je n’accepte pas cette réalité – Je souffre de deux réalités.

C’est-à-dire que quand je vis quelque chose de difficile et que j’ai de la difficulté à accepter cette réalité. C’est plus difficile que de seulement vivre la difficulté originale.

C’est pour cette raison que l’on dit que l’acceptation libère. C’est la première chose que l’acceptation m’apporte, j’arrête de me battre avec la réalité, ce qui me donne un certain soulagement.

J’écris cet article en ce moment même parce que c’est ce que j’ai vécu il y quelques minutes. J’étais en train de travailler à un ebook et j’avais de la difficulté à trouver mon fil conducteur, je me sentais confus face aux idées que j’avais envie de véhiculer lorsque j’ai réalisé que je me battais avec moi-même. J’étais irrité, agité, frustré et je commençais à me juger…

Puis, j’ai réalisé que ma difficulté à accepter que j’avais de la difficulté à écrire ce ebook me faisait davantage souffrir que la réalité. J’ai alors décidé d’écrire un article là-dessus.

L’acceptation me permet de «faire avec» la réalité. Ce qui est la définition même de la responsabilité. L’acceptation me permet de me responsabiliser pleinement face à une situation.

Je vais revenir à mon ebook avec un regard neuf dans quelques jours.

 

Une personne qui prends un pas de l'avant sympolisant l'acte de se responsabiliser

 

La responsabilité – Je suis responsable de ma difficulté à accepter

Responsable = Response – Able = Être apte à répondre – Faire avec.

Je suis à 100% responsable de ma vie. Pas dans le sens où je suis responsable de tout ce qui m’arrive. Mais dans le sens que je suis responsable de ce que je vais faire avec tout ce qui m’arrive.

  • Je ne suis pas responsable de la crevaison sur mon automobile. Je suis responsable de la faire réparer.
  • Je ne suis pas responsable de l’accident qui m’a fait perdre une personne chère. Je suis responsable de guérir en faisant avec cette réalité.
  • Je ne suis pas responsable des abus que j’ai vécus dans mon enfance. Je suis responsable de prendre soin de moi face à l’impact que ça a sur moi encore aujourd’hui.
Une personne qui ouvre les bras et hausse les épaules en signe d'acceptation d'une réalité évidente - difficulté à accepter

 

L’acceptation.

L’acceptation est un de mes sujets de prédilection. Pourquoi? Parce que si je n’avais pas intégré l’importance de l’acceptation, je ne serai probablement pas là pour en parler. La compréhension et l’intégration du processus d’acceptation m’a sauvé la vie. Rien de moins.

Je suis fucké. Fucké dans quel sens? Fucké dans le sens de blessé et de l’impact de ces blessures sur ma vie. On est tous fuckés à notre façon. Tout l’monde est blessé, tout l’monde a subi des blessures physiques et psychologiques avec lesquelles on a besoin de négocier.

Quand je dis que je suis fucké, je ne le dis pas par jugement de moi, je le dis dans un sens où c’est la réalité, une réalité qui même après toutes ces années de travail sur moi, n’est pas toujours facile à accepter. Plus j’accepte le fait que je suis fucké, moins je me sens fucké.

Même devant l’inacceptable, je vais avoir besoin d’accepter.

Dans le processus de changement créateur de Colette Portelance, l’acceptation vient immédiatement après la prise de conscience. Si je veux m’occuper de moi face à une réalité d’une façon satisfaisante, je vais avoir besoin d’accepter cette réalité.

Le piège de l’acceptation

Le piège de l’acceptation est de vouloir accepter à tout prix. L’acceptation n’est pas un interrupteur que l’on flip. L’acceptation est un processus parfois rapide et parfois lent. C’est un processus qui nous demande de vivre les émotions réveillées par la réalité difficile à accepter.

Pour ce faire, j’ai besoin d’avoir une bonne capacité à réguler mes émotions.

Je suis en train d’écrire un manuel d’aide à la régulation des émotions, abonnez-vous à mon infolettre pour resté informé des nouveautés Avancer Simplement.

 

Passer de la souffrance au bien-être en acceptant la difficulté à accepter

 

La difficulté à accepter – La conclusion

Mon exemple de difficulté à accepter (ebook) peut sembler banal, mais il représente bien ce que je veux véhiculer dans cet article. L’acceptation de la réalité qui m’afflige est le chemin de la liberté. Accepter que j’avais une limite momentanée à écrire ce ebook m’a permis de pivoter et d’écrire cet article. J’aurais très bien pu m’acharner, peut-être que ça aurait débloqué, peut-être pas. Ce que je sais, c’est que le processus n’était pas agréable.

 

L’homme heureux est celui qui, acceptant d’être malheureux, ne l’est plus.
– Jules Lemaître

 

L’acceptation ou la reconnaissance de ma non-acceptation (accepter que je n’accepte pas) me permet de sortir du jugement. Le jugement est un mécanisme de défense destructeur. Quand je me juge ou que je juge tout court, je prends une caractéristique, une réalité, et j’en fais un tout inadéquat que je jette aux poubelles.

J’ai de la difficulté à écrire ➡️ Je suis incompétent

En résumé

  • L’acceptation d’une réalité difficile à accepter me permet de me libérer du poids de la non-acceptation.
  • L’acceptation m’ouvre la porte de la responsabilité.
  • La responsabilité m’ouvre la porte de la liberté d’agir pour pouvoir faire avec cette même réalité.
  • Le piège de l’acceptation est de vouloir accepter à tout prix. L’acceptation est un processus.
  • Pour avancer dans le processus d’acceptation, j’ai besoin d’accepter de vivre les émotions réveillé par la situation difficile à accepter.

Voilà pour cette réflexion sur l’acceptation, je vous souhaite de mettre en place ce principe dans votre vie, simplement, à votre rythme.

N'hésitez pas si vous avez des commentaires, des questions ou des suggestions d'articles que vous ameriez lire, il me fera plaisir de vous répondre.

Au plaisir,

 

Yannick Delorme TRA,
Thérapeute en relation d'aide