Je veux être plus riche, plus beau, plus heureux? Quand je veux être, je ne suis pas, mon article, a participé à la croisée des blogs

Cet article est ma participation du mois de février au festival « à la croisée des blogs », un événement inter-blog dédié au développement personnel sur développement personnel . org. Chaque mois du festival nous amène un nouveau thème! Ce mois-ci Virginie Mirkov nous invite à bloguer sur le thème « Devenir qui l’on veut vraiment être ». Allez-y! Vous pouvez lire les autres contributions du festival pour le mois de février ici. J’aime ce thème (merci Virginie), il me fait jongler depuis quelques jours et je n’arrive pas à trouver l’angle pour en parler. Être est notre nature et pourtant, on se demande sans cesse qui nous somme, quoi faire et quoi devenir. On court et l’on court comme un chien court après sa queue.  

 

« On a beau chercher, on ne trouve jamais que soi-même. »
– Anatole France

 

Quand je veux être, je ne suis pas.

je veux être authentique, mais j'ai peur de me faire juger, en fait je me juge moi-mêmeJ’ai fui la moitié de ma vie, fui la douleur et la peur, fui dans toutes sortes de substance, dans l’isolation, dans l’irréalisme et dans le rêve. J’ai fui les difficultés, les peurs et les angoisses et j’ai couru pour avoir la facilité et la paix.

Quand je suis devenu sobre et appliqué dans un mode de vie qui requiert une rigoureuse honnêteté, je suis tombé face à face avec tout ce que je fuyais. Ce que l’on fuit nous suit, ce à quoi l’on fait face s’efface. Mes peurs et mes angoisses ont diminué, j’ai soigné mes blessures et j’ai appris à vivre avec la vie. C’est à ce moment que j’ai commencé à me poser des questions sur moi et à avoir une idée de qui était le gars que je croisais dans le miroir tous les matins.  

 

« Ce qui fait la vraie valeur d’un être humain, c’est de s’être délivré de son petit moi. »
– Albert Einstein

 

Qui suis-je?

La réponse dépend de l’angle que je prends pour y répondre. Est-ce que je suis ce que je possède? La société m’évalue de quelle façon? Mon corps, ma beauté, mes avoirs, mon travail, mon salaire, mon état civil, ma voiture, mes vêtements, etc. Si je suis ce que j’ai, je ne suis pas grand-chose à comparer à beaucoup, mais je suis très bien comparé à beaucoup d’autres.

Est-ce que je suis ce que je fais et ce que j’ai fait? J’ai un passé trouble, je n’étais pas correct dans le temps, mais présentement je suis un homme bien? Est-ce que je suis mes qualités et mes défauts, si j’ai plus de qualités que des défauts, je suis quelqu’un de bien? Le contraire est aussi vrai?  

 

« Les circonstances et les événements ne font pas l’homme, elles le révèlent à lui-même. »
– James Allen

  je veux être bien dans ma peau mais j'ai un regard dur sur moi

Notre nature

Pour moi c’est délicat parce que la seule chose qui me définit vraiment c’est du point de vue spirituel (pas religieux, ni ésotérique) et que j’ai énormément de difficulté à aborder le sujet. Je ne parviens pas à l’expliquer assez bien à mon gout. Je vais donc continuer à philosopher. : )

Devenir qui l’on veut vraiment être…

Pour moi, le but est beaucoup plus, « travailler à devenir qui je suis. » Je travaille à me libérer des peurs et des angoisses (tout le monde en a), ce qui me permet d’être plus vrai, honnête, spontané, simple et amoureux de la vie. Alors je commence à avancer dans mes passions et mes intérêts, à meubler ma vie comme je le souhaite. Ça ne force plus comme avant, ma vie s’est simplifiée, je prends des couleurs.  

 

« Les fondements mêmes de toute vie spirituelle sont, primo : discerner le réel et l’illusoire ; et secundo : se concentrer sur le réel. »
– Frithjof Schuon

 

La vie

Je crois que la vie est un chemin pour apprendre qui je suis, et apprendre à le vivre pleinement, c’est-à-dire ÊTRE. Nous les humains, on est des bibittes d’excès, alors pour apprendre à être il faut souvent aller au bout du faire et de l’avoir.  

 

« Tout ce que tu feras sera dérisoire, mais il est essentiel que tu le fasses. »
– Gandhi

 

Comme je l’ai déjà dit dans un autre article, ce n’est pas une question d’être OU faire et avoir, c’est une question de priorités et d’équilibre entre les deux mondes. C’est la lutte infinie entre l’égo, qui contrôle, qui tire pour avoir, et l’identité, ce que je suis, qui est, simplement. Je veux être bien, je veux être en paix et je veux être en relations avec les autres devrait venir avant je veux être riche, je veux être mince et je veux être populaire.  

 

Quand je veux être, je ne suis pas – La conclusion.

J’ai été dans l’excès et j’en suis très content aujourd’hui, parce que mes excès m’ont obligé à faire quelque chose pour changer. J’ai frappé un mur… Des murs… Tant que ça bouge beaucoup, c’est bon, si je ne vais pas du bon côté, la vie va me parler et je vais frapper un mur, je m’ajusterais à ce moment-là.

Là où c’est plus inquiétant, c’est si rien ne bouge. Si tu es en surpoids, mais pas assez pour que ton médecin t’engueule pour te réveiller, si ta santé est « pas pire », si ta vie de couple est « pas pire », si ton boulot est « pas pire », etc. si tout est gris, morne et monotone. Là c’est inquiétant, parce qu’il n’y a pas de poigne pour te ressaisir et tranquillement, l’inertie s’installe avec le déni. « Ce n’est pas si pire, pas tant que ça, le temps arrange les choses, oui mais, non mais, etc. »

Alors je vous souhaite d’avancer au maximum au jour le jour pour déterrer celui ou celle que vous êtes vraiment. C’est ce que je vais tenter de faire du mieux que je peux de mon côté.  

 

« Comment peut-on apprendre à se connaître soi-même ? Par la méditation, jamais, mais bien par l’action. »
– Gandhi

 

Vous avez aimé cet article? Vos commentaires sont les bienvenues.  

Shares