Femme qui a besoin de sortir de la déprime

 

POUR MOI, LA DÉPRIME…

J’étais en train d’écrire cet article et je me suis rendu compte à quel point la déprime est un sujet qui me touche. La déprime et la dépression ont été présentes pour moi pour une très grande partie de ma vie et j’en ai énormément souffert.

J’ai assez travaillé sur moi pour avoir des outils et ne plus descendre aussi bas aujourd’hui, mais ça m’arrive encore de passer par une période de déprime, comme la plupart des gens d’ailleurs. La grande différence aujourd’hui est que je suis conscient des comportements qui peuvent me nuire et que je m’en sors beaucoup plus rapidement.

La souffrance psychologique est moins visible et moins dramatique que la souffrance physique, mais elle est plus courante et moins acceptée que la souffrance physique. En plus, notre tendance à vouloir contrôler, dissimuler et nier cette souffrance psychologique ne fait que l’alimenter. C’est plus facile de dire que j’ai mal à la tête que je me sens mal et que je suis découragé.

Ce qui me touche le plus aujourd’hui, c’est de constater à quel point on peut souffrir et être dépourvu face à cette même souffrance. j’en suis témoin au quotidien dans mon travail de thérapeute. C’est incroyable de voir comme nous (oui, je généralise… 😉) ne sommes pas bien équipés pour négocier avec notre monde émotionnel. J’aimerais avoir une baguette magique et aider tout l’monde à être mieux équipé pour faire face aux aléas de la vie.

 

La vie est difficile, c’est une réalité qui ne changera pas.

 

Que faire alors? C’est relativement simple de nous occuper de nous pour s’assurer un minimum de bonheur et de satisfaction dans nos vies.

Nous avons besoin…

  • De nous adapter à la réalité
  • D’apprendre à réguler nos émotions
  • D’identifier nos besoins
  • D’assumer la responsabilité de s’en occuper et d’agir.
  • De passer à l’action tout en gardant bien vivante une relation saine avec nous-mêmes.

Attention, je ne dis pas que c’est FACILE, je dis que c’est SIMPLE. Article – La vie est difficile 

On vit tous des moments d’insatisfaction, de douleur et de déprime. Le problème vient quand on ne s’en occupe pas, qu’on s’en occupe mal, qu’on s’en défend, qu’on banalise et qu’on évite. Ces moments de déprime peuvent alors se transformer en difficultés beaucoup plus importantes.

La déprime est le signal que quelque chose ne va pas, que nous avons besoin d’être à l’écoute de nous-mêmes pour identifier la source de nos difficultés et de nous en occuper par la suite.

 

Femme qui se demande la différence entre déprime et dépression

 

DÉPRIME OU DÉPRESSION?

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je trouve qu’il est important de faire la distinction entre Déprime et Dépression. Voilà donc quelques clarifications.

QU’EST-CE QUE LA DÉPRIME?

La déprime est un état psychologique temporaire et normal, souvent déclenché lorsque nous sommes confrontés à des difficultés ou des obstacles de la vie courante. (Difficultés relationnelles, deuil, insécurité, problèmes de santé, perte d’emploi, etc.) Si j’ai de la difficulté à accepter et à négocier avec ces difficultés et qu’elles s’accumulent, je risque de me sentir déprimé.

Voici quelques émotions et sentiments qui peuvent caractériser la déprime:

  • La tristesse
  • Le manque de motivation
  • La frustration
  • L’abattement
  • La déception
  • L’ennui
  • L’insécurité et l’inquiétude
  • La mélancolie, etc.

QU’EST-CE QUE LA DÉPRESSION?

La dépression est une maladie mentale grave qui affecte le monde émotionnel, la façon de penser et la façon d’agir. La dépression, contrairement à la déprime, dure dans le temps, les symptômes doivent être présents pour plus de deux semaines pour qu’elle puisse être diagnostiquée.

La dépression étant une maladie mentale, elle ne peut être diagnostiquée que par les professionnels de la santé et de la santé mentale.

Voici quelque symptôme de la dépression:

  • Difficultés à réguler ses émotions
  • Dramatisation
  • Humeur qui varie
  • Découragement, désespoir
  • Irritabilité
  • L’isolement
  • Trouble du sommeil
  • Changement au niveau de l’appétit
  • Difficultés à se concentrer
  • Troubles de la mémoire
  • Dévalorisation, jugement de soi
  • Idées noires ou idées suicidaires
quatre figurine sans tête suivant la solution pour sortir de la déprime

 

COMMENT SE SORTIR DE LA DÉPRIME ET ÉVITER LA DÉPRESSION?

Bien que les suggestions suivantes ne feront pas de miracle prisent indépendamment l’une de l’autre. Ensemble, elles peuvent grandement nous aider à briser un schéma de pensée négative, à nous sortir de la déprime, à éviter la dépression et à avoir une vie plus satisfaisante rapidement.

La première étape du processus de changement est la prise de conscience.

«Je ne suis pas bien, ça ne va pas!»

Super, mais qu’est-ce qu’on fait après la prise de conscience?

En 3 Parties

J’ai divisé cet article en 3 parties pour aider à comprendre et à mettre en action par la suite.

  • Première Partie: Accueillir, Accepter, Appaiser et Libérer nos émotions
  • Deuxième Partie: Comprendre, Assimiler et Prendre du Recul
  • Troisième Partie: Agir, Passer à l’Action, Bouger

Bonne Lecture, n’hésitez pas à commenter ou à me poser des questions à la fin de l’article, par courriel ou sur mon groupe Facebook.

 

10 FAÇONS DE SE SORTIR DE LA DÉPRIME

PREMIÈRE PARTIE: ACCUEILLIR, ACCEPTER, APPAISER ET LIBÉRER NOS ÉMOTIONS

La première à faire chose pour aller mieux est d’apaiser le monde émotionnel qui est réveillé dans le moment présent. Vouloir avancer sans passer par cette étape nous ramènera inévitablement à la case départ. C’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle nous avons tendance à répéter des fonctionnements insatisfaisants dans les différents domaines de nos vies.

Nous avons d’abord besoin d’accepter la réalité de notre situation pour pouvoir s’en occuper et pour accepter cette réalité, rien de mieux que de vivre les émotions réveillées par cette même réalité.

 

“Nos émotions et nos blessures ne guérissent que lorsque nous les touchons avec compassion.” – Bouddha

 

cerveau branché à un coeur, comprendre le monde émotionnel

 

Comprendre le phénomène des émotions et savoir les réguler – La vie est une montagne russe émotionnelle. Certains jours, vous avez l’impression que rien ne peut vous arrêter. D’autres jours, vous vous sentez complètement désespéré. La plupart du temps, vous êtes quelque part entre les deux.

Les émotions désagréables ont mauvaise presse, on veut s’en débarrasser, on les juge même «négatives». Les émotions ne sont ni négatives ni positives. Elles sont agréables ou désagréables. C’est la façon dont on les gère/régule qui va avoir de l’impact positif ou négatif sur nous et sur notre vie. Toutes les émotions ont leur place. Vouloir s’en débarrasser est la façon la plus sure de se maintenir dans l’insatisfaction.

Les émotions ont une durée de vie assez courte quand on sait comment les vivre et les réguler. Nous avons donc besoin de reconnaitre et accueillir nos émotions désagréables pour ce qu’elles sont.

C’est-à-dire un état passager qui a pour but de nous mettre en contact avec nos besoins insatisfaits.

 

Lorsque nous portons notre présence et notre conscience à nos émotions, nous retrouvons notre pouvoir sur notre vie. – Tara Meyer Robson

 

  • La régulation émotionnelle est la capacité à observer, accueillir, accepter, vivre et apaiser nos émotions. C’est une aptitude qui s’apprend, se travaille et s’améliore avec le temps. J’ai un article en cours d’écriture qui explique et donne une marche à suivre pour apprendre à réguler nos émotions. Je vous suggère de faire vos recherches pour en apprendre davantage par vous-même en attendant.

 

un homme qui nous fait signe d'arrêter, Ne pas envenimer et aggraver la situation

 

Ne pas envenimer et aggraver la situation – Pour vous aider avec le point #1, vous avez besoin de développer la capacité à reconnaitre la différence entre une émotion, une pensée et une défensive. Sinon, vous risquez d’envenimer la situation sans même vous en rendre compte.

 

La première chose à faire quand on se rend compte qu’on est dans un trou c’est d’arrêter de creuser.

 

Nous avons alors besoin de nous demander ce que l’on fait, consciemment ou non, qui nous nuit au lieu de nous aider? Parce que si on s’engage dans des activités pour s’en sortir sans adresser les fonctionnements qui nous maintiennent et enveniment l’insatisfaction, on se rend la tâche beaucoup plus difficile qu’elle ne l’est en réalité.

Posez-vous ces quelques questions pour en être certain.

  • Est-ce que je me projette dans le futur et dans un imaginaire destructeur?
  • Est-ce que je refoule, banalise ou rationalise mes difficultés?
  • Est-ce que je fuis ou j’évite mes difficultés?
  • Est-ce que je dramatise?
  • Est-ce que je généralise?
  • Est-ce que je me juge et me dévalorise?
  • Est-ce que je me victimise?
  • Est-ce que je responsabilise les autres pour mes difficultés?

Acceptez que vous viviez un moment difficile pour l’instant et vivez-le. Pas de jugement, pas de filtre, accueillez simplement les émotions que vous vivez dans le présent. Les défensives ne sont pas à bannir, mais bien à accueillir pour pouvoir en sortir.

 

Ultimement, la seule chose réelle à propos de votre cheminement et le pas que vous prenez en ce moment, tout est là. – Eckhart Tolle

 

Comme pour la déprime, la défensive est un signal que je vis quelque chose et que j’ai besoin de m’arrêter pour l’écouter. C’est impossible de ne pas se défendre, par contre, c’est possible de se voir se défendre et de revenir à soi.

Vous ne connaissez pas l’avenir, arrêtez de jouer aux devins, restez dans le présent, vous éviterez d’alimenter vos difficultés en dramatisant, en généralisant, en vous dévalorisant et en vous imaginant un futur hypothétiquement catastrophique.

 

écrire dans un journal
 

Prenez le temps d’écrire dans un journal – Pourquoi écrire dans un journal? Parce que l’écriture libre nous mets en relation avec nous même et nous aide à réguler nos émotions, c’est-à-dire, observer, accueillir, accepter, vivre et apaiser.

 

Je ne tiens pas un journal pour être plus productif. Je ne le fait pas non plus pour trouver de bonnes idées ou pour publier plus tard. Mon journal n’est destiné qu’à moi. C’est la forme de thérapie la plus abordable que j’ai trouvé.
– Tim Ferris

 

Écrire peut nous nuire si nous ne faisons pas attention (point #2), voici donc quelques règles de base pour vous éviter davantage de difficultés.

  • Commencez vos phrases par « je me sens…»
  • Ou par « face à (situation X), je me sens…»
  • Écoutez votre corps
    • Comment je me sens?
    • Les émotions sont un phénomène psychophysiologique, c’est-à-dire qu’elles proviennent et sont en relation avec le conscient, l’inconscient, les pensées et le corps.
    • Un sens: Pour sentir une odeur, j’ai besoin de sentir avec mon nez pour que mon rationnel puisse mettre un mot sur ce que je sens. J’ai appris à associer les odeurs avec des mots pour les définir. C’est la même chose pour l’émotion.
    • J’ai besoin de sentir dans mon corps pour identifier ce que je vis. L’écoute du corps est donc impérative pour bien identifier, vivre et apaiser nos émotions.
  • Restez dans le moment présent – Si vous pensez à un évènement du passé ou du futur, vous devez de revenir à ce que vous vivez dans le présent face à cet évènement.
  • Restez objectif – Restez dans ce que vous observez de vous-mêmes. N’ajoutez pas de sens, pas d’interprétation à ce que vous observez.
    • Qu’est-ce que l’objectivité
      • La réalité objective est la réalité observable.
        • J’ai peur
        • Je suis triste
        • Mon cœur bat rapidement
        • J’ai envie de pleurer
      • La réalité subjective est la réalité filtrée pas mon histoire de vie, par mes biais cognitifs.
        • J’ai peur, je suis faible, je ne serai jamais capable
        • Je suis triste, je ne devrais pas être triste.
        • Mon cœur bat rapidement, je suis encore en train de capoter pour rien
        • J’ai envie de pleurer, tout va mal
      • L’objectivité parle de l’objet, c’est-à-dire l’observation. La subjectivité parle du sujet, c’est-à-dire la personne qui fait l’observation.
  • Prenez l’habitude de revenir à vous. Les évènements, les déclencheurs extérieurs et les gens ont plus ou moins d’importance. Ce que vous vivez émotionnellement en relation avec ceux-ci est ce qui va vous aider à avancer.

 

Écrire appaise ma souffrance, écrire est ma façon de réaffirmer ma propre existance.
– Gao Xingjian

 

comprendre ce qui se passe pour sortir de la déprime

 

DEUXIÈME PARTIE: COMPRENDRE – ASSIMILER – PRENDRE DU RECUL

Après avoir pris le temps d’accueillir et de vivre vos émotions avec les points #1, #2 et #3, il est maintenant temps de prendre un peu de recul pour comprendre et harmoniser le monde émotionnel et le rationnel.

 

Déterminez et décortiquez ce qui se passe? – Quand nous vivons des émotions intenses, nous avons tendance à perdre notre perspective, à perdre de vue la réalité de ce qui se passe et les ressources que nous avons pour y faire face. Ce qui est tout à fait normal. Le passage de l’émotion à la compréhension nous permet de reprendre notre pouvoir et contacter nos ressources.

Nous avons maintenant besoin de nous arrêter pour identifier et de spécifier ce qui ne va pas précisément. Tout va mal n’est pas une réponse valide.

 

Un sujet clarifié cesse de nous concerner. – Friedrich Nietzsche

 

Je le vois dans mon bureau de thérapie, mes clients arrivent à leur première rencontre avec « tout va mal dans ma vie » et reparte avec une ou deux zones d’insatisfaction claire. Identifiez clairement et précisément ce qui se passe.

Répondez à ces questions le plus spontanément et honnêtement possible.

  1. Dans quels domaines de ma vie je vis le plus d’insatisfaction? (En choisir 2)
    • Relation à moi (confiance, estime, affirmation, me prioriser, etc.)
    • Ma liberté (être qui je suis, faire ce que j’ai envie)
    • Mes relations d’amitié
    • Ma relation amoureuse
    • Ma famille élargie (parent, frères et sœurs)
    • Mon travail
    • Mes finances
    • Ma vie familiale (couple et enfant)
    • Ma santé
    • Mes loisirs
  2. Qu’est-ce qui est le plus difficile et insatisfaisant dans ces 2 domaines présentement?
    • Faites une liste, laissez-vous aller
  3. Mettez la liste de vos insatisfactions en ordre décroissant en mettant l’élément le plus insatisfaisant en #1 et le moins insatisfaisant en dernier.
  4. Prenez les trois premiers points et demandez-vous ce que vous faites, inconsciemment ou non pour alimenter votre difficulté ou pour vous y maintenir. Qu’est-ce qui part de vous dans le fait que vous vivez cette situation? Où est votre pouvoir d’action?
  5. Déterminez ce que vous pouvez faire pour améliorer les trois situations les plus insatisfaisantes dans votre vie présentement. Quels sont vos besoins en lien avec ces insatisfactions.

 

Choisir de se sortir de la déprime

 

TROISIÈME PARTIE: AGIR – PASSER À L’ACTION – BOUGER

ajoutex texte ici

Choisissez de vous en sortir – On a tendance à se victimiser de nos difficultés, c’est humain, on passe tous par là. Quand on souffre et qu’on a de la difficulté à trouver une porte de sortie à notre souffrance, on risque de responsabiliser l’extérieur pour nos difficultés, on risque de se victimiser.

La victimisation n’est pas un état à juger et à bannir, mais à conscientiser et à accueillir. À accueillir pour pouvoir retrouver le pouvoir que je suis en train de remettre à l’extérieur.

Nous avons à ce moment besoin de comprendre et d’intégrer intérieurement que nous avons le pouvoir de changer les choses et choisir d’utiliser ce pouvoir pour le faire.

 

L’homme n’est rien d’autre que ce qu’il fait de lui-même.
– Jean-Paul Sartre

 

Attendre que les circonstances, les autres et les déclencheurs de votre vis changent est l’autoroute de l’insatisfaction.

Choisir de s’en sortir est extrêmement puissant.

Prenez la décision ferme que vous allez prendre les choses en main et réussir à transformer vos insatisfactions. Pas besoin de tout comprendre et de savoir parfaitement quoi faire, prenez la décision et l’engagement que vous allez de l’avant. Vous allez trouver les ressources intérieures et extérieures pour y arriver, vous allez prendre le temps nécessaire pour y arriver.

 

 

Apprenez à connaitre les Mécanismes de Protection – « Les mécanismes de protection sont des moyens conscients choisis librement par une personne dans le but de se protéger contre sa souffrance psychique et pour assurer la satisfaction de ses besoins fondamentaux. » – Colette Portelance – Relation d’Aide et Amour de Soi p. 380.

Voici la liste des principaux mécanismes de protection tirés du livre de Colette Portelance.

  1. La demande claire
  2. La vérification
  3. Le choix de l’entourage et de l’environnement
  4. Le territoire et les limites
  5. Les nouvelles expériences de vie
  6. La transformation des attentes en objectifs

Je vous recommande fortement la lecture du livre de Colette Portelance – Relation d’Aide et Amour de Soi pour en apprendre plus sur les émotions, les défensives, les mécanismes de protection et les types d’intelligence.

Les mécanismes de protection sont des moyens mis en place pour nous occuper de nos besoins insatisfaits.

 

Pouce en l'air, go, passez à l'action maintenant pour sortir de la déprime

 

Passez à l’action maintenant – Qu’est-ce que vous pouvez faire maintenant qui vous aiderait à avancer en direction d’une plus grande satisfaction de vos besoins?

 

La voie du succès consiste à prendre action. L’action est ce qui donne des résultats. – Tony Robbins

 

  • Retournez au point 4.e et faites une liste d’actions à poser pour vous occuper de chacune de vos trois plus grandes insatisfactions.
    • Insatisfaction #1 – Je me sens seul
      • Action #1 – Apeller un ami
      • Action #2 – Planifier un moment, une activité avec un ami
      • Action #3 – Arranger une visite dans ma famille
      • Action #4 – Faire un post sur les réseaux sociaux pour trouver des gens qui s’emmerdent et s’ennuient eux aussi.
      • Action #5 – Me trouver un groupe d’homme ou de femmes qui font des activités ensemble. (Club de lecture, club de marche, groupe de support, etc.)
    • Passer à l’action, choisissez une ou plusieurs des actions déterminées au point suivant et faites-le.
  • Faites la même chose pour les insatisfactions #2 et #3.

 

lire, prendre soin de soi pour sortir de la déprime

 

Faites-vous du bien – On reste dans l’action, mais là, on sort de nos difficultés précises. L’idée est de sortir de la passivité et de l’apathie qui caractérise la plupart du temps les moments de déprime. Changez-vous les idées, bougez.

  • Écoutez de la musique que vous aimez
  • Lisez un livre qui vous fait du bien
  • Prenez soin de votre animal de compagnie, empruntez celui d’un ami
  • Faites une méditation
  • Colorez un mandala
  • Entrez en relation avec des gens que vous aimez, parlez de tout et de rien, faite une activité avec eux.
  • Allez prendre un café dans un endroit que vous aimez
  • Prenez une marche, allez dans la nature
  • Faites du ménage, mettez de l’ordre
  • Faite de l’exercice, entrainez-vous
  • Nettoyez vos draps et faites votre lit
  • Cuisinez-vous un votre repas favori

En réalité, ce que vous faites n’a pas d’importance, ce qui est important, c’est que vous passiez à l’action, que vous faites quelque chose qui est bon pour vous.

💡 IMPORTANT! C’est normal de ne pas avoir envie de bouger et qu’aucune des suggestions metionnées plus haut vous anime d’une envie de passer à l’action. C’est une des occasions où je crois qu’il faut agir malgré le fait qu’on n’en a pas envie. Fake it till you make it s’applique parfaitement à cette situation.

Me choisir, c’est aussi faire quelque chose qui risque de me faire du bien même si je n’en ai pas envie.

MOOD FOLLOW ACTION

 

Les actions semblent suivre les émotions, mais en réalité les actions et les émotions vont de pair ; et en dirigeant l’action, qui est sous le contrôle plus direct de votre volonté, nous pouvons indirectement influencer les émotions, qui elles, ne le sont pas.
– William James

 

 

Écrire un journal de gratitude pour sortir de la déprime
 

Faites un exercice de Gratitude – C’est naturel et même sain de vouloir aller de l’avant, de travailler à nos insatisfactions, de se projeter dans l’avenir et d’avoir des buts et des objectifs, par contre, tout ça doit être compensé par une aptitude de gratitude envers tout ce que j’ai de satisfaisant dans le moment présent. Je l’ai appris à mes dépens.

(lire davantage ici https://www.avancersimplement.com/la-gratitude-un-outil-pour-etre-heureux/)

Avec le temps, j’ai appris à me créer un balancier sain entre mon besoin d’avancer en me projetant dans l’avenir et mon besoin d’apprécier ce que j’ai maintenant.

 

Le problème avec le fait d’être centré vers l’avenir, c’est qu’on n’est jamais dans le présent.
– Yannick Delorme TRA

 

Selon le centre de recherche sur la pleine conscience de l’UCLA (Université de Californie, Los Angeles), exprimer régulièrement de la gratitude modifie la structure moléculaire du cerveau, maintient le fonctionnement de la matière grise, améliore notre bien-être général et nous rends plus heureux.

Pratiquez un ou plusieurs exercices de gratitude sur une base régulière.

  • Exercice #1 – Tenez un journal quotidien de trois choses pour lesquelles vous êtes reconnaissant. Cela fonctionne bien le matin ou juste avant d’aller vous coucher.Aujourd’hui, j’éprouve de la gratitude…
    • Pour le fait que je vis dans un pays qui n’est pas en Guerre
    • Pour ma santé
    • Pour mes 5 sens
    • Pour ma capacité à aider les autres
    • Pour ma conjointe qui est légère
    • Pour le fait que je mange à ma faim
    • Pour le fait que je me sens aimé
    • Pour mon travail qui n’est pas parfait, mais qui m’apporte beaucoup
    • Pour mes amis
    • Pour la belle météo d’aujourd’hui
    • Pour mon ordinateur sur lequel j’écris en ce moment
    • La musique que j’aime

 

La gratitude est un raccourci direct vers la satisfaction et le bonheur. Peu importe nos circonstances, nous pouvons toujours trouver des raisons d’être reconnaissant et d’éprouver de la gratitude. – Barry Neil Kaufman

 

  • Exercice #2 – Exprimez votre appréciation pour une personne de votre entourage en personne, par téléphone ou par écrit. Dites merci simplement pour ce que vous appréciez de cette personne.
  • Exercice #3 – Revenez sur des expériences difficiles de votre vie et appréciez le fait que vous vous en êtes sortie.
  • Exercice #4 – Faites du bénévolat pour les personnes dans le besoin, donnez les choses dont vous ne vous servez plus, appréciez l’abondance que vous avez dans votre vie.
  • Exercice #5 – Allez dans la nature et appréciez ce que vous voyez, entendez, sentez. Régalez-vous de votre environnement.

 

La gratitude est la clé d’une vie heureuse et satisfaisante, parce que si je n’arrive pas à apprécier ce que j’ai, rien de ce que je pourrais avoir dans le futur ne me rendra heureux et satisfait.
– David Steindl-Rast

 

 

Tendre la main, demander de l'aide pour sortir de la déprime

 

Penser consulter – Demandez de l’aide – Ça fait plus de 20 ans que je travaille sur moi et que je consulte sur une base plus ou moins régulière. Je suis moi-même un thérapeute / coach qui aide les gens à voir plus clair et à mieux s’occuper d’eux personnellement, relationnellement et professionnellement ce qui ne m’empêche pas de continuer à consulter une quinzaine de fois par année.

Qu’est-ce que la thérapie peut vous apporter? La thérapie peut vous aider à passer à travers les 9 façons de sortir de la déprime que l’on vient de voir. En thérapie vous allez recevoir du support pour…

  • Accueillir, vivre, apaiser et réguler vos émotions
  • Comprendre et valider vos difficultés
  • Ne pas envenimer la situation
  • Identifier et sortir des défensives qui nous maintiennent dans l’insatisfaction
  • Identifier les éléments qui composent votre difficulté
    • Déclencheurs
    • Émotions
    • Défensives
    • Besoins insatisfaits
  • Trouver des pistes d’action vers la satisfaction
  • Retrouver votre pouvoir et vous propulser vers l’action
  • Entrer en contact avec vos ressources
  • Trouver des pistes pour vous faire du bien
  • Apprécier ce qui va bien dans votre vie, vos forces et vos ressources.

Demander de l’aide est une façon de s’aider soi-même. – Renuka Pitre

 

CONCLUSION – 10 FAÇONS DE VOUS SORTIR DE LA DÉPRIME

En résumé, nous avons vu que…

  • La déprime est normale et commune
  • La dépression est une maladie mentale grave
  • Accueillir, vivre et réguler nos émotions nous libère pour pouvoir avancer plus librement par la suite
  • Nous devons faire attention à nos défensives, elle nous nuisent et alimentent nos difficultés, la conscience est l’antidote aux défensives.
  • Écrire dans un journal est une merveilleuse façon d’entretenir une relation saine avec nous même et peut nous aider à sortir de la déprime.
  • Nous avons besoin de déterminez et décortiquez ce qui se passe. Après l’accueil et la régulation de notre monde émotionnel en lien avec notre déprime, nous avons besoin de comprendre et d’identifier ce qui se passe pour pouvoir en sortir.
  • Pour nous en sortir, nous avons besoin de choisir de nous en sortir. Nous sommes responsables de notre vie et nous avons parfois besoin de revenir à cette réalité pour choisir consciemment d’agir.
  • Apprendre les moyens de protections pour m’aider à m’occuper de moi.
  • Passer à l’action. Suite à l’identification de mes insatisfactions, j’ai besoin de passer à l’action pour m’en occuper concrètement.
  • Des fois, nous avons fait ce que nous avions à faire. C’est le moment de se faire du bien. Bougez
  • Faite un exercice de gratitude pour vous aider à avoir une perspective plus aligner sur la réalité.
  • Allez consulter! Rien de mieux qu’une personne en dehors de notre cercle rapproché pour nous aider à voir les choses différemment.

Voilà ce qui conclut cet article, j’espère que vous avez aimé et que vous repartez avec plus de moyens de vous faire du bien.

N’hésitez pas si vous avez des commentaires, des questions ou même des idées pour des articles futurs, ça me fera plaisir de vous répondre.

YANNICK DELORME TRA

💡 Important! Si vous vivez des difficultés récurrentes ou que vous pensez avoir un problème de santé mentale, n’attendez pas pour consulter un professionnel de la santé.